Les devoirs du modèle vivant

 

Tous ceux qui me connaissent  savent exactement comment je fonctionne, depuis la nuit des temps si l'expression m'est permise.  J'ai toujours considéré que la première qualité d'un modèle c'est d'abord son comportement. Dans toutes les corps économiques il y a de bons éléments et des mauvais, c'est pareil chez les modèles, que ce soit pour la photo comme pour les arts plastiques.

Les idées reçues:

- Modèle professionnel?  Cela ne veut pas dire grand chose, un numéro d'identification ne suffit pas.  C'est sur la sellette qu'on reconnaît le modèle, pas sur une carte de visite.

- N'importe qui peut poser!  Totalement faux cette affirmation, qui est une interprétation. Si le dessin (et peinture et modelage) accepte toutes les morphologies, tout le monde ne peut pas être modèle, et surtout pas n'importe qui. C'est un métier.  Certains ateliers sont peu exigeants, pourvu qu'il y ait un corps à dessiner. Pour ces ateliers-là en fait c'est un peu comme le pain, il en faut sur la table, peu importe le goût. J'ai pour ma part très peu d'affinités avec ces ateliers. 

- le temps de repos de 15 minutes: c'est juste une imposture, un non-sens, une idée  du siècle passé que beaucoup traitent comme un usage, heureusement pas partout.  Il est vrai que la main-mise d'un certain courant de pensée fait croire et dire n'importe quoi sur cette activité, qui est avant toute chose une activité artistique. Il me semble sur le sujet qu'un peu de sérieux s'impose.  Et je n'ai jamais vu un seul atelier refuser un temps de repos en cas de fatigue du modèle , quel que soit le temps écoulé. Alors laissons chaque atelier et enseignant gérer sa séance au mieux  des intérêts de chacun, c'est encore comme cela qu'une séance sera réussie. 

 

Ce que doit être le modèle:

- Il doit avoir un comportement exemplaire, quel que soit l'âge et le statut de celui qui le paie, parce qu'au final c'est bel et bien le dessinateur, modeleur, peintre en apprentissage ou peintre-artiste qui le paie. Le modèle débutant apprend, apprenons-lui les bonnes manières d'être et de faire.

-Être à l'heure, être courtois, être à l'écoute des attentes d'un cours sont les qualités premières qu'on attend de lui. 

- Prévenir de toute absence prévisible dans un laps de temps raisonnable, prévenir de tout retard, et savoir prévenir et s'excuser en cas d'absence inopinée.  

- Respecter les temps de repos. C'est un peu comme arriver à l'heure. Les temps de repos sont variables selon les ateliers et écoles, cela va de 10 minutes à 20 minutes, selon une fréquence propre à chaque atelier. 15 minutes de repos après 45 minutes de poses est un usage, sans caractère obligatoire.  Rien de plus désagréable qu'un modèle qui revient avec 10 minutes de retard après chaque temps de repos. ( voir mon commentaire ci-dessous concernant une modèle des Beaux Arts, qui n'est pas un cas isolé loin s'en faut).

- Être immobile pendant la pose est le minimum technique requis, il n'y a en effet rien de plus agaçant qu'un modèle incapable de ne pas bouger pendant 5 minutes. Soit on apprend, soit on fait un autre métier.

- Être créatif est un atout, et cela ne s'invente pas. Mais on peut apprendre.

- Être respectueux des autres est nécessaire. Le modèle a droit au respect, mais il le doit aussi à ceux qui l'entourent.  Crier après une personne qui a oublié d'éteindre son téléphone n'est pas admis (Crier est d'ailleurs un aveu de faiblesse). Une personne qui dessine (elle paie pour cela) n'a pas à subir l'attitude désagréable d'un modèle ( mauvaise humeur, commentaires, invectives...). 

- L'hygiène et la propreté sont aussi des paramètres du comportement. 

- Enfin, l'exhibitionnisme est à bannir.  Je rappelle si besoin que la nudité n'est pas l'objectif d'un cours de modèle vivant, pour ceux qui n'auraient toujours pas compris.

En conclusion, puisqu'il est le sujet du cours, le modèle a certains droits mais il a surtout de nombreux devoirs . 

 

 

 Une anecdote un jour en 2017 aux Beaux Arts de Paris. Je pensais poser seul et le prof m'indique qu'il attend un autre modèle. Aussitôt je lui dis désolé je n'accepte pas et je prends mon sac. Le cours ne commence que dans 15 minutes. On discute, il me demande d'attendre, il ne sait pas si la modèle va arriver, donc j'attends. A 13h55  personne, donc je me change pour débuter la séance, car il y a quand même des étudiants et des auditeurs libres qui sont là pour dessiner, et c'est ma fonction. La modèle arrive à 14h20, tranquille. Elle prend plus de 5 minutes pour se changer, et me rejoint sur la sellette, chacun à son extrémité. Elle ne s'excuse pas. À 14h45 repos pour les modèles, 15 minutes. Elle prend le sien. À 15 heures, reprise.  Je pose seul, elle est absente et revient vers 15h10, tranquille.  Nouveau repos à 15h45, elle prend le sien, mais revient à l'heure. A 16h45 fin du cours, la fille se barre en moins de 5 minutes pendant que je discute avec quelques dessinateurs. Nous serons payés exactement de la même manière, j'ai posé 3 fois 45 minutes contre 20+35+45 pour la modèle. Voilà entre autre exemple la différence entre un modèle professionnel et une modèle désinvolte.  Et ce cas n'est pas isolé.

 

En réalité nous ne faisons pas le même métier. 

 

 

 

Les Impostures du métier

En 10 années de pratique je n'ai connu que très rarement des mauvaises expériences. Dans les petits ateliers cela n'arrive quasiment jamais, les dessinateurs sont respectueux du modèle. Juste à signaler un cas en province, quand parfois la bêtise s'invite.  A Paris c'est un peu plus fréquent, on trouve un peu de tout ( écoles et ateliers) mais j'ai appris avec l'expérience, et parfois à mes dépends, qu'une grande enseigne cachait parfois autre chose derrière sa notoriété, d'où une posture aujourd'hui très rigoureuse de ma part. 

Ce n'est pas un caprice, juste la même rigueur qui a mené toute ma vie professionnelle.


 

Le succès n'est pas un hasard!

 

 

Je ne suis pas "modèle d'art", ce n'est pas mon métier, ni ma manière de penser ce métier.  Je suis modèle et vivant, c'est vraiment différent. Je ne suis ni un pion, ni un pot de fleur. Et je n'ai jamais eu l'occasion de planter une séance parce que quelqu'un ce jour-là me proposait mieux ailleurs. C'est là une autre imposture de nombreux modèles de Paris qui courent le cachet. Mais nous ne faisons pas le même métier. 

 

Ma force est ailleurs. Esprit libre!

 

 

 

 

Modèle...quel statut?

On peut sans aucun doute parler ici d'une autre imposture, celle de l'État, de sa culture et de son Administration, et celle des modèles eux-mêmes.  C'est un vaste sujet, un récipient sans fond.

 

Personnellement tout cela ne me concerne pas. Je n'ai qu'une règle, une ligne de conduite: Je pose. 

et cette chanson me va si bien

...

Les comédiens ont démonté leurs tréteaux

Ils ont ôté leur estrade

Et plié les calicots

Ils laisseront au fond du cœur de chacun

Un peu de la sérénade

Et du bonheur d'Arlequin

Demain matin quand le soleil va se lever

Ils seront loin, et nous croirons avoir rêvé

Mais pour l'instant ils traversent dans la nuit

D'autres villages endormis, les comédiens

... 

 

 

Dans ma vie de modèle je suis un vrai saltimbanque, et cela me suffit, le reste ne veut rien dire.  La liberté n'a pas de prix et n'a pas de statut.